J'ai longtemps pensé qu'écrire me vidait la tête... c'est en partie vrai. 

Mais l'inspiration ne vient pas quand l'esprit est trop torturé encombré.

 

J'ai passé un cap. Oui. Enfin. J'ai compris (sic) qu'en fait... il n'y avait parfois rien à comprendre. Et j'ai décidé que j'allais prendre les choses comme elles venaient... sans chercher à comprendre. 

 

Waouw... bluffant. Pour l'instant ça marche. Moins de stress, moins d'angoisse. Du coup je me sens totalement vide. C'est bien aussi le vide, ça ne demande qu'à se remplir, qu'à s'écrire, qu'à se construire.

 

Non je ne peux pas et je ne vais pas sauver le monde alors inutile de me donner corps et âme au détriment de moi-même.

Rien de sert d'anticiper puisque de toute façon ce qui te tombe dessus n'est jamais totalement conforme. Je prends donc les choses comme elles viennent et... ça me libère du temps, du stress, de la place dans ma petite cervelle.

zen-equilibre

 

J'évolue par palier. Mes paliers sont très longs, j'en suis consciente. Je viens d'en passer un énorme et je suis assez fière de moi.

 

Alors je vais réécrire... commençons maintenant!